Les types de télescopes

Après avoir découvert comment choisir un télescope, vous en savez un peu plus sur ce fabuleux outil d’observation des corps célestes. Vous avez compris que la lunette astronomique permettait l’observation des planètes. Qu’elle était plus facile à transporter, alors qu’un télescope, plus lourd et perfectionné, se faisait fort de vous offrir une vision éclairée du ciel profond.

Et nous vous avons également indiqué que le choix de l’appareil va principalement dépendre des spécificités astrales que vous souhaitez observer. Pourtant, un astronome passionné ne va pas se contenter d’admirer les différents aspects de la lune. Il voudra toujours aller plus loin. Alors, comment faire ? Souvent en combinant plusieurs télescopes. Mais si vous êtes néophyte et que les moyens vous manquent, vous ferez l’acquisition d’un seul appareil, pour commencer. Comme la gamme est large, on a souvent peur de se tromper et de regretter son choix.

Nous avons rédigé cet article spécifiquement pour vous permettre d’acheter l’appareil qui correspond à ce que vous attendez, pour regarder le ciel. Aucun télescope n’est parfait et pour le choisir, il faut vous interroger de prime abord sur l’endroit d’où vous allez observer les astres. Comme nous l’avons vu précédemment, cela a une incidence énorme sur la clarté de ce que vous allez voir.

Ainsi, si vous habitez dans une grande ville : Vous êtes entourés de lumières artificielles qui nuisent à la vision du ciel. Plutôt que ceux à miroirs simples, préférez les télescopes catadioptriques ou une lunette astronomique. Dans une ville de densité moyenne, avec une pollution lumineuse moindre, la majorité des télescopes peuvent donnent donner de très bons résultats en termes de visibilité d’étoiles, de planètes, etc…

Enfin, en pleine campagne : Le ciel noir qu’offre la rase campagne sera l’ami des télescopes à miroirs et autres catadioptriques. Ces deux appareils canalisent mieux toute source lumineuse émanant du ciel. Encore des doutes sur l’appareil à acheter ? Nous vous invitons à poursuivre votre lecture. Nous y avons répertorié les qualités et les défauts de chaque type d’appareil.

Les lunette astronomiques ou réfracteurs

acheter un telescope

Ce système d’observation des étoiles est très ancien, puisque Galilée l’utilisait déjà en 1609. L’homme a toujours voulu comprendre ce qui l’entourait et le monde astral en fait partie. Sur tous les appareils d’observation, un des éléments les plus importants à prendre en compte est l’objectif. C’est ce composant qui permet de canaliser la lumière pour une parfaite restitution de l’image. Sur une lunette astronomique, l’objectif est constitué de lentilles. Pendant la réfraction, la lumière est courbée quand elle passe par elles. Quels sont les points forts et faibles de la lunette astronomique ? On fait le point.

Avantages de la lunette astronomique

Les points forts de cet appareil sont nombreux. Peu onéreux à l’achat, il se révèle un bon instrument pour les débutants. Ces derniers apprécieront le peu de réglages à effectuer pour en profiter pleinement. Il est idéal comme premier télescope pour enfant. Résistantes et ne nécessitant que peu d’entretien, une fois réglés, les lunettes astronomiques offrent une bonne stabilité d’image ; et ce, même si elles sont soumises à des variations de température. Les lunettes astronomiques sont relativement légères et ne prennent pas beaucoup de place, par rapport aux télescopes. Elles offrent une meilleure visibilité en milieu urbain. Si vous aimez la nature et les oiseaux, cet appareil vous permettra de les observer, de jour, en plus de leur travail nocturne. Un double travail qui peut faire la différence.

Inconvénients

Certaines images célestes ne sont pas correctement restituées. Les ultraviolets ne passent pas via le jeu de lentilles des lunettes. Cela peut être dû également à une distorsion chromatique : Certaines images semblent floues et comme entourées par un arc-en-ciel. Si l’on veut prendre une lentille offrant le même diamètre d’ouverture qu’un télescope, le prix va être démesuré, sans pour autant pouvoir observer le ciel profond…

Les télescopes ou réflecteurs

Les objets célestes émettent des rayons lumineux qui arrivent de façon parallèle sur Terre. Ils ne peuvent donc, en l’état, être regardés. Le miroir primaire de forme parabolique dont sont équipés les télescopes, permettent de concentrer tous ces rayons en un seul. Les rayons convergent donc en un seul point pour pouvoir être scrutés. Ce sont ces appareils qui sont non seulement prisés par les astronomes mais aussi très recherchés pour la recherche scientifique. Il existe deux types de réflecteurs.

Télescope de Newton

Le célèbre Isaac Newton ne souhaitait pas se contenter de l’innovation de Galilée. Il a donc amélioré le modèle de son prédécesseur en y ajoutant un deuxième miroir. Le travail de ce dernier dirigeait la lumière concentrée par le miroir primaire vers l’oculaire à côté du tube. L’idée était d’affiner l’image des astres.

Sa construction facile permet de le proposer à un prix très accessible. Cet appareil permet cependant de regarder de nombreuses choses dans le ciel, sans faire beaucoup de réglages. Cela est rendu possible par le fait qu’il est monté sur une monture équatoriale. On peut également parler du télescope Dobson. Ce dernier ressemble beaucoup à l’autre ; sauf qu’il est mis sur une monture azimutale. Ces deux modèles sont prisés par les astronomes débutants.

telescope newton fonctionnement

Télescope de Cassegrain

Le miroir primaire parabolique de ce télescope présente un perçage central ; ce qui le rend convergent. Il est couplé à un deuxième miroir hyperbolique divergent. Cette invention de 1672 ; que l’on doit à Laurent Cassegrain ; change également, par rapport au télescope de Newton, par le fait que l’image ne se forme pas sur le côté mais à l’arrière du télescope.

Avantages

Ce télescope nécessite peu de frais de fabrication ; il est donc proposé à la vente à bas prix. Pas de distorsion de couleurs avec cet appareil qui permet, grâce à la bonne taille de son diamètre d’ouverture, de regarder le ciel profond, dans toute sa splendeur. Il est donc tout à fait possible de faire de l’astrophotographie. La collimation de l’appareil est facile à réaliser, ce qui en fait un outil d’observation prisé par les astronomes amateurs. Il présente une protection contre le gel et la buée.

Inconvénients

Exceptés les modèles Dobson, ils prennent beaucoup de place et sont relativement lourds, notamment ceux équipés d’un tube de 200mm. Ils sont à réserver à l’unique observation des astres, au contraire des lunettes astronomiques et sont plus sensibles aux
aléas atmosphériques. Pour les conserver longtemps, il faut procéder à un nettoyage régulier. La mise au point nécessite un certain temps pour être optimale et le télescope peut présenter une aberration optique sur certains objets célestes.

telescope cassegrain fonctionnement

Les télescopes catadioptriques

Réfraction et réflexion, soit l’alliance entre les miroirs et les lentilles, c’est ce que présente le télescope catadioptrique. Trois modèles sont ainsi disponibles sur le marché.

Télescope Schmidt-Cassegrain

Ce télescope au tube compact qui permet de le reconnaitre facilement, est composé d’un premier miroir sphérique et d’une lentille correctrice. On appelle cette dernière la « lame de Schmidt ». Si vous voulez faire de l’astrophotographie sur les planètes et le ciel profond (nébuleuses, galaxies etc…) mais aussi observer la nature, le télescope Schmidt-Cassegrain est fait pour vous !

Points forts

On ne peut qu’apprécier la polyvalence de cet appareil d’observation, qui n’a pourtant pas de répercussion sur son prix de vente. Très robuste et compact, il devient le compagnon des balades en plein air, pour une excellente restitution d’images, qui ne subissent pas de déformations et peuvent donc être photographiées. Beaucoup d’accessoires peuvent se greffer sur cet appareil pour la plus grande joie des astronomes.

Défauts

La lame de Schmidt a néanmoins un impact sur le prix de l’appareil. Si vous voulez faire des photos astronomiques, ne prenez pas de monture altazimutale. L’obstruction du miroir génère une perte de lumière.

Télescope Maksutov-Cassegrain

Telescope Maksutov Cassegrain

Dmitri Dmitrievich Masksutov s’est inspiré du télescope Schmidt-Cassegrain pour son appareil. Un ménisque épais remplace la lame de Schmidt présente sur l’autre appareil, pour un coût moindre et une meilleure qualité d’image. Les férus d’amas globulaires, d’étoiles doubles vont adorer ce télescope Maksutov-Cassegrain qui répondra parfaitement à leurs exigences.

Atouts

Dérivé du Schmidt Cassegrain, il présente les mêmes avantages, mais il en présente d’autres, comme une qualité d’images accrue. Sa compacité idéale permet un transport facile. La mise au point et les réglages sont faciles pour grossir les images, entre autres.

Points faibles

On peut regretter un champ de vision amoindri et une latence importante de la mise en température. La mise au point ne se fait qu’un niveau du premier miroir. Pour réussir les photos du ciel, il faut un plus long temps d’exposition.

Télescope Ritchey-Chrétien

Ce dernier télescope se destine principalement aux personnes ayant déjà une expérience solide en astronomie et qui sont en capacité financière de s’offrir ce petit bijou de technologie. Avec lui, les aberrations chromatiques ne font pas long feu, pour des images d’une stupéfiante clarté et netteté. Afin de vous faire une idée du niveau du télescope Ritchey-Chrétien, le télescope Hubble bénéficie du même type de conception…

Qualités

On ne peut que vanter les prouesses de ce télescope haut de gamme. Coma ou astigmatisme (si l’on achète la lame idoine) sont ici totalement corrigés, pour une optique d’excellente qualité.

Faiblesses

Mieux vaut s’équiper de la lame de fermeture si on ne veut pas d’astigmatisme. Les réglages sont durs à effectuer et ses très hautes performances se paient à plus de 1000 euros.

Les types de télescopes
5 (100%) 1 vote